La référence en hépatite C au Québec depuis 2003

Éradication du VHC en 2030, un objectif menacé par la COVID-19 ?

(Article publié dans le Journal international de médecine le 17 février 2021. Pour avoir l’article complet, vous pouvez vous abonner au www.jim.fr. Des donneés européennes qui pourraient étrangement ressembler à celles du Canada et du Québec? C’est ce que nous croyons au CAPAHC.)

La pandémie liée au SARS-CoV-2, qui a débuté à la fin de 2019, a été déclarée urgence mondiale par l’OMS et a exercé une pression considérable sur les systèmes de santé du monde entier. La nécessaire redistribution des ressources et du personnel liée à cette situation est susceptible d’avoir eu des conséquences dans différents domaines de la santé qui ne se limitent pas au dépistage des cancers.

(SUITE…)

L’impact de la COVID-19 sur les efforts globaux d’élimination du VHC

(Traduction libre du résumé d’un article publié dans le Journal of Hepatology le 6 août 2020.)

Faits saillants : Avec seulement 10 ans encore pour atteindre les objectifs de l’OMS en élimination des hépatites virales, la COVID-19 a un impact sur les progrès; Un délai de 1 année dans les programmes en VHC pourrait causer des morbidités et mortalités excédentaires reliées au VHC; Un délai de 1 année pourrait causer 72 000 décès excédentaires du VHC; La plupart de ces décès seraient dans les groupes de classe de revenu basse-moyenne et les hauts revenus.

(SUITE…)

De nouveaux procédés de laboratoire en Colombie-Britannique simplifient la cascade de soin en hépatite C

(Publié le 17 août 2020 sur le blogue de CATIE par le professeur Mel Krajden et les docteures Agatha Jassem et Sofia Bartlett. Traduction libre de l’anglais par le CAPAHC.)

Les Britanno-Colombien·ne·es peuvent maintenant avoir un diagnostic d’hépatite C avec seulement un test sanguin. Ce test sauvera du temps et de l’argent tant pour les patient·e·s que pour le système de santé. C’est grâce à un nouveau procédé de dépistage introduit par le Laboratoire de Santé publique du BCCDC, connu sous le nom de test ARN hépatite C (VHC) réflexe.

(SUITE…)

HepCATT, une intervention peu coûteuse mais moyennement efficace pour le dépistage de l’hépatite C

(Publié sur le Journal International de Médecine www.jim.fr le 3 mars 2020.)

L’OMS souhaite réduire l’incidence de l’hépatite C de 80 % et sa mortalité de 65 %, d’ici 2030. Le NHS (National Health Service) anglais ambitionne d’atteindre ces objectifs en 2025. Pour cela, les autorités sanitaires souhaitent mobiliser les médecins généralistes. Actuellement, 30 % des hépatites C dépistées le sont à leur initiative. Une équipe du Royaume-Uni a entrepris d’évaluer l’intérêt et le rapport coût-efficacité d’une intervention impliquant les généralistes et menée dans le but d’identifier et d’inviter les patients à haut risque à se faire dépister et traiter le cas échéant, intervention dénommée HepCATT.

(suite…)

Emergence de nouveaux variants du VHC : faut-il avoir peur ?

(Dr Sylvain Beorchia, Childs K, Davis C, Cannon M et coll. : Suboptimal SVR Rates in African Patients with Atypical Genotype 1 Subtypes: Implications for Global Elimination of Hepatitis C. J Hepatol. 2019; 71(6) : 1099-1105. DOI: https://doi.org/10.1016/j.jhep.2019.07.025)

À l’ère des antiviraux à action directe (AAD) dirigés contre le virus de l’hépatite C (VHC), la majorité des personnes traitées pour une infection chronique à VHC sont quasiment « débarrassées » du virus, c’est-à-dire qu’elles obtiennent une réponse virale soutenue (RVS) dans plus de 90 % des cas d’infection par des virus de génotypes 1 à 7 et leurs sous types habituels. Les sous-types de VHC inhabituels en Europe sont, par contre, plus répandus en Afrique, mais on connaît mal leur sensibilité aux AAD. Ils incluent le génotype 1 non-1a/1b/non-sous-typable (G1) ou non 4a/4d (G4).

(suite…)

Aagahi : sensiblisation, dépistage et corridor de soins en hépatite C dans la communauté pakistanaise de Montréal

Les objectifs d’Aagahi étaient d’augmenter la sensibilisation et le dépistage de l’hépatite C tout en offrant un corridor de soins facilité dans la communauté pakistanaise de Montréal, avec une approche adaptée culturellement et d’un point de vue linguistique.

Au Canada, 44% des personnes vivant avec le VHC ne connaissent pas leur statut et 35% de tous les cas d’hépatite C au Canada seraient chez des personnes immigrantes. Ce projet ciblait la communauté pakistanaise de Montréal. La prévalence du VHC au Québec est de 0,71% mais celle au Pakistan est de 5,6%. Environ 13 000 personnes d’origine pakistanaise vivent au Québec, dont 98% dans la région métropolitaine de Montréal.

(suite…)