La référence en hépatite C au Québec depuis 2003

Pourquoi il est temps d’introduire les autotests du VIH au Canada

Le nombre de nouveaux cas de contraction du VIH au Canada augmente drastiquement. Les autotests sont pourtant presque aussi faciles à utiliser qu’un test de grossesse.

Christian Jasserand, 56, était en voyage de travail aux États-Unis il y a 3 ans lorsqu’il est passé dans une pharmacie et a acheté un autotest pour le VIH qui était en vente libre pour seulement 35 $US. Après l’avoir essayé rendu chez lui à Toronto – avec un peu de salive et quelques minutes d’attente – il s’est dit qu’il aurait dû en acheter plusieurs.

« On peut faire ça dans le confort de chez soi, que je me suis dit. Pas besoin de rendez-vous avec un médecin ou une clinique, on le fait selon ses propres conditions » dit Jasserand. Ça a été une manière rapide et efficace de découvrir qu’il testait négatif pour le virus. « Ça rend le tout beaucoup plus facile. »

Soixante-dix-sept pays, incluant les États-Unis, l’Afrique du Sud et le Nigéria, ont approuvé des autotests du VIH pouvant se faire à la maison, soit avec un coton-tige pour la salive ou une goûte de sang. Le Canada n’en fait pas partie, malgré le fait que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a donné sa bénédiction en 2016 à l’utilisation de cet outil pour arriver à éliminer le virus. C’est aussi malgré le fait que la compagnie canadienne BioLytical Laboratories inc est le manufacturier de INSTI, un autotest sanguin que l’OMS a approuvé pour utilisation par les agences de l’Organisation des Nations Unies (ONU) partout dans le monde.

Maintenant, docteurs, personnel du milieu de la santé et leaders dans les organisations travaillant en VIH/SIDA dissent assez c’est assez. Ces personnes veulent que le Canada approuve les autotests.

(suite…)

Un nouvel espoir pour le traitement de l’infection au VHB

(Publié sur le Journal International de Médecin www.jim.fr le 10 janvier 2020.)

Les analogues nucléos(t)idiques ne peuvent éliminer complètement le virus dans les hépatocytes infectés par le virus de l’hépatite B (VHB) et donc guérir l’hépatite chronique B. En effet, l’ADN circulaire fermé de manière covalente (ADNccc) persiste dans leur noyau, constitue un réservoir et contribue à la pérennité du VHB à l’origine de l’évolution cirrhogène et de la cancérisation secondaire.

(suite…)

Aagahi : sensiblisation, dépistage et corridor de soins en hépatite C dans la communauté pakistanaise de Montréal

Les objectifs d’Aagahi étaient d’augmenter la sensibilisation et le dépistage de l’hépatite C tout en offrant un corridor de soins facilité dans la communauté pakistanaise de Montréal, avec une approche adaptée culturellement et d’un point de vue linguistique.

Au Canada, 44% des personnes vivant avec le VHC ne connaissent pas leur statut et 35% de tous les cas d’hépatite C au Canada seraient chez des personnes immigrantes. Ce projet ciblait la communauté pakistanaise de Montréal. La prévalence du VHC au Québec est de 0,71% mais celle au Pakistan est de 5,6%. Environ 13 000 personnes d’origine pakistanaise vivent au Québec, dont 98% dans la région métropolitaine de Montréal.

(suite…)

Lettre ouverte pour que le Fonds mondial s’engage contre les hépatites

(Traduction libre de https://www.nohep.org/open-letter-to-the-global-fund/)

Les hépatites virales sont une crise de santé globale négligée, tuant 4000 personnes chaque jour. Pourtant, la réponse à cette maladie silencieuse est gravement sous-financée et largement ignorée par les bailleurs de fonds et partenaires de développement internationaux.

Si rien n’est fait pour combattre les hépatites virales, en 2040 elles auront fait davantage de morts que le VIH/SIDA, la tuberculose et la malaria combinées.

Mais nous pouvons empêcher cela de devenir une réalité et prévenir 7 millions de morts d’ici 2030.

(suite…)

Qui sont les vrais leaders transformationnels ? : de pair transmetteur à pair navigateur

Texte écrit par Magali Boudon, de Dopamine. Dopamine est un organisme communautaire Montréalais, situé dans le quartier Hochelaga- Maisonneuve, qui a pour mandat d’accueillir, soutenir et accompagner les personnes consommant des drogues.

Ce texte a fait l’objet d’une présentation au 8ème Symposium Canadien sur le VHC du 24-26 mai dernier à Montréal.

Il y a dix ans, Dopamine a mis en place le projet Dopalliés, cette initiative avait pour but de mobiliser les participants à adopter et à promouvoir des comportements sécuritaires en vue de prévenir la transmission de l’infection du VIH/sida ou de l’hépatite C via des séances d’échange et d’information. Chaque année environ cinquante participants du projet Dopalliés étaient progressivement outillés par l’acquisition de connaissances en matière de prévention afin d’agir à titre de pairs transmetteurs dans leur propre communauté.

(suite…)

Nouveau rapport du Comité provincial en hépatite C

Ce rapport est une initiative du Comité Provincial de Concertation en Hépatite C. Ce comité assure la concertation entre les dirigeantEs de différents organismes communautaires québécois qui travaillent avec les personnes à risque ou atteintes d’hépatite C. Il a pour objectifs le développement et la mise en œuvre d’actions de sensibilisation, de prévention et d’information ainsi que de renforcer l’intervention contre toute forme de discrimination vécue par les personnes vivant avec l’hépatite C.

L’idée de réaliser ce portrait de la réalité de terrain est née de la volonté de garder une trace du processus qui a été conduit par l’Agence de Santé Publique Canada (ASPC) lors de la création du Fonds d’Initiatives Communautaires en matière de VIH et d’hépatite C (FIC) ainsi que de ses conséquences. Ce rapport vise ainsi à dresser le portrait des impacts réels sur les organisations communautaires au Québec. Il a été financé par le Comité provincial qui, lui-même, est autofinancé grâce aux adhésions des organismes membres.

(suite…)

L’Ouganda hôte du premier Sommet africain sur les Hépatites

(Traduction libre de l’anglais) 18-20 juin, 2019, Kampala.

Le sommet avait comme objectif de rassembler les différents partenaires et pays pour éliminer les hépatites virales en Afrique. Le thème était « Éliminer les hépatites virales en Afrique ; Mettre en œuvre une stratégie contre les hépatites virales ». L’événement, qui a rassemblé des participant-e-s de plus de 25 pays, fut une opportunité pour les pays de développer ou travailler à la mise en œuvre de plans d’action, partager les leçons apprises par chacun-es dans la lutte contre les hépatites virales et faire une communauté de pratique.

En Afrique, mourir d’une hépatite virale est en train de devenir un risque plus grand que mourir du VIH, de la malaria ou la tuberculose. Nous évaluons que 200 000 personnes meurent annuellement des complications de l’hépatite B et C, essentiellement de cancers du foie, sur le continent. C’est à mettre en relief avec 60 millions de personnes vivant avec une hépatite B chronique dans la région, desquelles, 4.8 millions sont des enfants de moins de cinq ans. De plus, nous estimons qu’une dizaine de millions de personnes vivent avec l’hépatite C, assurément à cause de mauvaises pratiques avec les manipulations de produits sanguins, notamment les prélèvements ou injections.

(suite…)

Urgence d’agir pour dépister l’hépatite C au Pakistan

(Traduction libre de l’anglais) Ayant une des plus hautes prévalences d’hépatite C au monde, le Pakistan doit travailler religieusement à la fois au traitement des patient-e-s et à leur dépistage si nous voulons éliminer cette maladie pour 2030, comme déclaré par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ratifié par le Pakistan.

Avec près de 5% de la population souffrant de l’hépatite C, plus de 8 millions de patient-e-s et moins de 5% de celles et ceux-ci obtenant un traitement, le Pakistan aurait besoin de dépister 25 millions de personnes chaque année pour pouvoir en diagnostiquer environ 900 000 et en traiter 700 000.

Cette cible représenterait une augmentation de 4 fois le nombre de traitement et 24 fois le nombre de diagnostiques en comparaison avec la situation actuelle. Il y a une nécessité de prendre des mesures urgentes pour accélérer les diagnostics de l’hépatite C et identifier les millions d’individus manquants.

(suite…)

Modèle directeur pour guider les efforts d’élimination de l’hépatite C au Canada

Le Modèle directeur pour guider les efforts d’élimination de l’hépatite C au Canada, a été développé par CanHepC, dans le cadre d’un processus consultatif, ayant pour but d’établir ce qui doit être fait pour atteindre l’élimination du virus de l’hépatite C (VHC) au Canada. Ce document tient lieu de menu de possibilités pour aider les provinces et les territoires à développer leurs propres plans d’action en matière de VHC pour s’assurer d’atteindre les objectifs d’élimination du VHC de l’Organisation mondiale de la Santé.

(suite…)